Environnement

article | Temps de Lecture8 min

Quand culture rime avec nature : nos engagements pour l'environnement

Hiver 2023 : travaux de rénovation du jardin de l'Hôtel de Sully

Au Centre des monuments nationaux, nous protégeons le patrimoine mais aussi la biodiversité !

Plus de 3 500 hectares d’espaces verts sont ouverts à la visite dans 67 de nos monuments. Pour préserver ces parcs et jardins tout en respectant l’environnement, nous pouvons compter sur 80 experts de l’art des jardins et de la conservation du patrimoine végétal.

Nos actions de protection de la nature prennent des formes diverses et variées : inventaires de la faune et de la flore, préconisations de gestion écologique, animations auprès des visiteurs…

Patrimoine vert

Nos équipes entretiennent et conservent des jardins historiques de toutes les époques.

Un exemple ? Le parc du château de Maisons, chef-d'œuvre du Grand Siècle, a bénéficié d’un vaste réaménagement paysager inauguré en septembre 2021. Ces travaux se sont appuyés sur l’histoire du château depuis son édification par François Mansart pour redonner toute leur splendeur aux jardins. Plantation d’une centaine d’arbres, allées redessinées, aménagement de pelouses et d’une vaste prairie fleurie…

 

Topiaires du château de Maisons à Maisons-Laffitte
Topiaires du château de Maisons à Maisons-Laffitte

© Benjamin Gavaudo - CMN

Des jardins écolos

L’entretien des jardins sans produits phytosanitaires ? C’est possible ! 

Le CMN respecte scrupuleusement la loi Labbé qui interdit aux personnes publiques, depuis le 1er janvier 2017, d’utiliser des produits phytosanitaires dans les espaces verts, les voiries, les lieux de promenade et les forêts ouverts au public. 

Mais, dès 2011, les équipes du CMN ont cherché à privilégier des solutions alternatives et écologiques pour parvenir  à l’objectif « zéro phyto ». Au château d’Angers, par exemple, le désherbage se fait à la main, des lâchers de chrysopes (insectes polyphages) permettent de se débarrasser des acariens ou des pucerons, et des pièges naturels aident à lutter contre la pyrale du buis.

Jardiniers à quatre pattes

Les alignements de Carnac, le fort Saint-André, la forteresse de Salses et de nombreux autres monuments pratiquent l’éco-pâturage. La végétation y est entretenue grâce à… des moutons et des brebis ! 

Ainsi, pas besoin d’engins mécaniques ni de désherbants. Effet vertueux : les excréments des ovins font le bonheur de certains insectes, dont se nourrissent à leur tour certaines espèces animales comme les chauves-souris.

 

Alignements de Toul-Chignan et moutons chargés de l'entretien de la lande
Alignements de Carnac, moutons chargés de l'entretien de la lande

© Philippe Berthé / Centre des monuments nationaux

Les abeilles font le buzz

Ça butine dans nos jardins ! Des ruchers sont installés dans plusieurs de nos monuments, dont le domaine de Saint-Cloud, la Villa Cavrois ou le château d’Azay-le-Rideau. Les abeilles favorisent la pollinisation et le fleurissement de nos parcs.

Fais comme l'oiseau

Nos monuments ne sont pas les seuls trésors à préserver. Ils abritent aussi une faune et une flore sauvages particulièrement fragiles.

De très nombreuses espèces d’oiseaux nichent ainsi dans nos remparts, nos murs ou nos combles : huppe fasciée, hirondelle, faucon crécerelle, faucon pèlerin, mésange bleue, mésange charbonnière, grive musicienne, grand-duc…

Depuis 2014, 17 refuges LPO ont été créés au sein de nos monuments, notamment au château de Bussy-Rabutin, au château d’Aulteribe, au domaine national de Saint-Cloud, au village fortifié de Mont-Dauphin, au site archéologique de Glanum

 

Hibou moyen-duc à Nohant
Hibou moyen-duc dans le parc de la maison de George Sand à Nohant

© LPO

Des sanctuaires de la vie sauvage

Mais il n’y a pas que les oiseaux ! Chauves-souris, reptiles et amphibiens peuplent aussi nos monuments. 

Depuis 2008, le CMN applique la charte Natura 2000, un réseau européen d’espaces remarquables essentiels pour la survie de certaines espèces menacées. L’objectif ? Enrayer la perte de biodiversité en préservant les habitats et espèces déjà raréfiés.

Cette charte s’applique notamment à la forteresse de Salses pour la protection des chiroptères (chauves-souris), ou encore au château d’If, situé sur un îlot qui abrite près de 400 espèces végétales, une centaine d’espèces d’oiseaux dont certaines protégées, ainsi que des fonds marins présentant des habitats d’exception.

Pendant la restauration de ses remparts, des gîtes temporaires ont même été aménagés pour le Phyllodactyle d’Europe, un gecko menacé.

 

Château d'If
Château d'If dans le Parc national des Calanques

© 4vents / Centre des monuments nationaux

En route vers la transition écologique !

La cinquième promotion de notre incubateur de start-ups, l’Incubateur du patrimoine, est axée pour la première fois sur le thème de la transition écologique. Elle a pour ambition de favoriser la recherche de solutions vertes et innovantes dans le secteur du patrimoine : mobilité douce, sobriété numérique, centres de données décarbonées, végétalisation… Consultez notre rubrique Innovation pour en savoir plus.

Le dossier thématique

Tout savoir sur le CMN

Dossier | 10 contenus

Hôtel de Béthune-Sully, cour d'honneur depuis la terrasse