Hôtel de Sully, Paris

Siège du Centre des monuments nationaux, l'hôtel de Sully est l'un des plus beaux hôtels particuliers du Marais à Paris. Afin d'améliorer sa présentation au public et de rendre accessible à la visite ses espaces les plus emblématiques, l'aile Ouest de la cour d'honneur, la librairie et l'orangerie, l'Hôtel a fait l'objet d'une  campagne de restauration tant extérieure qu'intérieure, menée pour le compte du CMN, en partie sous la conduite du Service national des travaux, par l'architecte en chef des Monuments historiques, Jean-François Lagneau. 

Siège du Centre des monuments nationaux, l'hôtel de Sully est l'un des plus beaux hôtels particuliers du Marais à Paris. Afin d'améliorer sa présentation au public et de rendre accessible à la visite ses espaces les plus emblématiques, l'aile Ouest de la cour d'honneur, la librairie et l'orangerie, l'Hôtel a fait l'objet d'une  campagne de restauration tant extérieure qu'intérieure, menée pour le compte du CMN, en partie sous la conduite du Service national des travaux, par l'architecte en chef des Monuments historiques, Jean-François Lagneau. 

Le constat

De décembre 2008 à 2010, puis de décembre 2011 à octobre 2012, les appartements de la Duchesse (situés à l'étage) ont été restaurés. Ils ont été restitués dans leur état du XVIIème siècle (dans leurs décors et mobiliers), et ont retrouvé leur caractère d'habitation.

Le mot de l'architecte

Quels étaient les enjeux et contraintes de ce chantier ?

Il s'agissait essentiellement de la restauration de boiseries et de décors peints ayant déjà fait l'objet d'une intervention lors de la grande restauration de l'hôtel dans les années 1960. Situé au cœur du bâtiment, les travaux ont apporté de sérieux désagréments à ses occupants. La réouverture au public, pour souhaitable qu'elle soit, entraine également de nombreuses difficultés pour dissimuler au mieux les dispositifs sécuritaires actuels. »Quel parti architectural avez-vous adopté ?« Les restaurations passées étaient plus réalisées par des décorateurs que par des restaurateurs. De fait, les techniques utilisées se dissociaient rapidement des matériaux anciens. Il a donc fallu souvent « dérestaurer » ces premières interventions pour retrouver l'authenticité des œuvres.

De plus, l'appartement avait été utilisé comme bureaux pour le CMN ; ce qui n'avait qu'accéléré les dégradations. Son ouverture ponctuelle au public, l'installation d'un mobilier connu par les nombreux inventaires, va permettre sa mise en valeur et une présentation conforme à celle de ses origines.

 

Dépose des menuiseries - hôtel de Sully

Dépose des menuiseries - appartement de la Duchesse de l'hôtel de Sully - Photo : DR / CMN

 

Les travaux

Le projet comprenait la restauration :

  • des menuiseries (dépose et restauration en atelier de l'ensemble des boiseries, partiellement affaissées et disloquées),
  • des portes et fenêtres (notamment leur remise en jeu),
  • des parquets, qui présentaient quelques désordres limités, 
  • des maçonneries (traitement des fissures présentes sur les maçonneries et la cheminée de marbre vert), 
  • des décors (traitement des décors peints des plafonds, très encrassés et souffrant de la dégradation et de l'empreinte trop forte des restaurations précédentes).

 

Plafond peint de l’antichambre avant restauration

Plafond peint avant restauration - Décor peint avant restauration / Photo : DR/CMN

 

Il s'agissait également de remplacer les rideaux et revêtements muraux de tissus usés, de nettoyer les trois verdures du XVIème siècle de l'antichambre et de réintégrer du mobilier d'origine et/ou issu de collections extérieures.

Les acteurs

Pour mener à bien ce chantier, l'architecte en chef des monuments historiques a fait appel à de nombreux intervenants, associant ébénistes, maçons, restaurateurs de peinture, tapissiers, ingénieurs en laboratoire. Ces intervenants recourent aux savoir faire les plus ancestraux comme aux techniques les plus sophistiquées.

 

Antichambre après restauration - Photo : Philippe Berthé / CMN